6 façons de gérer vos émotions avant de prendre des décisions importantes

(Cet article fut créé à partir de l’épisode 0061 du podcast « Leaders d’Exception » animé par Dominic Sicotte)

Cet épisode fait suite au numéro 60 qui évoquait la question des 5 plus grands regrets que les gens ont sur leur lit de mort. Il s’agit pour l’essentiel de regrets qui sont directement à des mauvaises décisions ou à des décisions non prises. Or, il s’avère que la prise de décision est tributaire d’une grande confiance en soi. Une personne qui a confiance en ses décisions a plus de facilité à les prendre.

Dans cet ensemble, les émotions jouent également un grand rôle. C’est un débat qui a confronté deux grands penseurs. Selon Descartes, les décisions sont le produit du rationnel. En d’autres termes, la prise de décision repose essentiellement  sur des faits et sur les mathématiques.

Cette thèse est réfutée par Antonio DAMASIO dans l’un de ses ouvrages baptisé « L’erreur de Descartes » qui se fonde sur l’histoire d’Eliott. Il en est arrivé à la conclusion qu’une personne qui n’était pas capable d’avoir des émotions est incapable de prendre des décisions les plus rationnelles.

La gestion des émotions est donc complètement inhérente à une bonne prise de décisions, notamment les plus importantes. Pour y arriver, il faudra mettre en pratique les 6 conseils suivants.

Prendre du recul

Vous devez apprendre à prendre le temps d’identifier et de comprendre vos émotions. Étant donné que les réactions physiques sont liées aux émotions, prenez également le temps de déceler les réactions que provoquent en vous certaines de vos émotions.

Pour être capable de prendre le recul nécessaire à une prise de décisions, il est important de vous référer à votre cortex préfrontal. Comme il a déjà été explicité dans d’autres épisodes, il s’agit de la zone du cerveau qui gère le raisonnement.

Respirer

La meilleure façon d’y arriver est d’apprendre à respirer profondément, à souffler. Cela vous permettra d’avoir un meilleur contrôle de vos émotions afin de ne pas leur répondre, encore moins à l’événement qui provoque ces émotions.  Faites cet exercice pour 15 minutes au moins.

C’est incroyable à quel point vous apprendrez, quelle que soit la situation, à ne jamais répondre. Idéalement, laissez passer 24 heures au moins avant de répondre à une situation qui, en temps normal, ferait monter la tension.

Être attentif

Une fois que vous êtes dans le cortex préfrontal, posez une main sur votre abdomen, à hauteur de vos intestins et l’autre main sur votre cœur et prenez le temps d’écouter. Ces deux parties du corps sont les deux grands centres des vibrations et des émotions. C’est pour cette raison de les écouter et de leur porter attention.

Le but de cet exercice est de prendre conscience de vos tripes et de votre cœur. Ce que vous devez en retenir est que la seule personne en qui vous devriez avoir confiance, c’est vous-même.  À force de pratiquer cet exercice, il y a une chose qui sera tout à fait claire pour vous; c’est ce que l’émotion que vous ressentez veut vous transmettre par rapport à la décision que vous avez à prendre.

Vu que toute chose est énergie, assurez-vous d’abord qu’il y a une synchronisation entre la vibration de la décision que vous vous apprêtez à prendre et celle de votre cœur et de votre intestin. Vous déciderez alors de prendre votre décision ou d’y renoncer selon que vous ressentez de la sérénité ou de la lourdeur.

Distinguer les fausses histoires

Il est important que vous puissiez savoir si votre nervosité est le fruit d’une fausse histoire que vous vous êtes bâtie. Lorsque c’est le cas, cela vient corrompre la vibration que vous devriez ressentir pour prendre la bonne décision.

L’exercice ici consiste à tasser complètement toutes ces fausses histoires et à aller à la prise de décision sans aucun filtre. Arrêtez de penser que vous n’êtes pas chanceux, parce que vous êtes dans une  mauvaise passe, que votre vie est un échec ou que vous êtes une victime.

Prendre conscience de ses émotions et non les éviter

Pour réussir à prendre conscience de vos émotions, vous devez apprendre à faire du coaching personnel. Posez-vous des questions : comment vous sentiez-vous la dernière fois que vous avez eu à vous posé des questions dans ce sens ? Qu’est-ce que vous avez eu en retour ?

Renommerez-vous donc ce que vous aviez senti et le résultat que vous aviez obtenu par rapport ce que vous aviez décidé de faire. Vous réussirez ainsi beaucoup mieux à les assimiler, à les comprendre, de les accueillir.

Être le plus présent possible

Ça ne sert à rien de garder en tête les grands événements autour de la décision que vous souhaitez prendre. Concentrez-vous plutôt sur l’instant présent, sans analyser les événements.  Jugez plutôt à l’émotion et non l’événement. En étant plus présent, vous êtes plus capable d’être à l’écoute de vos émotions et de les sentir.

Prendre vos émotions comme des alliés

Chacune de vos émotions vous parle à travers les réactions physiques et physiologiques qu’elles provoquent chez vous. Gardez comme indicateur la lourdeur et la légèreté. Ce n’est qu’en les écoutant, en les utilisant et en les gérant que vous arriverez à gérer vos émotions.

L’habitude viendra avec la pratique. Avec le temps, ces 6 points deviendront beaucoup plus naturels et se transformeront en automatisme. C’est l’une des meilleures façons de ne pas avoir les 5 grands regrets.

Laissez un commentaire





Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.