L’autosabotage : en souffrez-vous et quelles sont les causes ?

(Cet article fut créé à partir de l’épisode 0044 du podcast « Leaders d’Exception » animé par Dominic Sicotte)

L’autosabotage est un problème bien plus récurrent qu’il n’y paraît parce que de nombreuses personnes en souffrent; et elles sont de plus en plus nombreuses. Il s’agit d’une action qui gêne l’occurrence d’un projet ou d’un objectif à atteindre. Cette action engage complètement la responsabilité de l’autosaboteur.

Généralement, ce comportement autodestructeur démarre lorsque vous en arrivez à une étape de votre vie où vous avez peur du succès ou de l’échec d’un projet, qu’il soit personnel ou professionnel. Souvent, c’est parce que vous avez trop peur de ce qu’il y a après, de l’étape suivante. Alors, vous préférez vous donner des raisons de ne pas voir cela arriver plutôt que d’affronter la situation.

Plusieurs causes peuvent justifier ce comportement et elles dépendent surtout de l’histoire de la personne. Il existe, fort heureusement, des solutions simples pour arrêter l’autosabotage.

Les causes de l’autosabotage

Très souvent, toutes les personnes sujettes à l’autosabotage présentent les mêmes traits communs, même si les causes, elles, sont plutôt éparses. Aussi, tout le monde peut être potentiellement amené à faire de l’autosabotage et lorsque ça arrive, il est toujours préférable d’en parler pour savoir pourquoi et comment on en est arrivé là.

La peur de la perte de contrôle

Cette cause d’autosabotage est très caractéristique des personnes qui sont arrivées à un certain niveau dans leur vie et dans leur carrière très facilement, sans véritables obstacles ou qui l’ont fait dans l’ombre, sans avoir été exposées.

L’autosabotage intervient alors lorsqu’arrive le moment d’être sous les projecteurs, d’être connu parce qu’elles ont peur de la critique ou du succès. Cette peur est encore plus nourrie par les cas récurrents de perte de contrôle rapide des nombreuses personnes qui connaissent très vite le succès.

La peur de la perte de contrôle est donc au cœur de la problématique. Elles ont peur de perdre de contrôle de leur personne, de leur journée, de leur horaire, de leur vie ; elles ont peur de devoir passer le temps à répondre à la critique sur leurs échecs et sur tous les points auxquels elles doivent répondre une fois qu’elles deviennent un personnage public.

C’est le cas des auteurs, des conférenciers, des blogueurs, les YouTubers, les formateurs, etc.

La mauvaise estime de soi

Lorsque l’autosabotage est le fait d’une mauvaise estime de soi, il est courant que vous vous disiez que vous ne méritez pas ce succès, cette réussite, ce bonheur, cette ascension, cette reconnaissance. Cela se caractérise souvent par ce qu’on appelle « le syndrome de l’imposteur ». Ce qui vous donne l’impression que vous ravissez quelque chose que vous ne méritez pas.

L’autre caractéristique de l’autosabotage sur la base de  la mauvaise estime de soi est de penser que vous n’êtes pas à la hauteur et que vous n’y arriverez jamais parce que vous n’avez pas les capacités pour le faire.

En réalité, c’est une cause que développent les personnes qui préfèrent le confort de leur situation actuelle ; celle dans laquelle règnent le désordre et le chaos et qu’elles vont devoir quitter en passant à l’étape suivante ; ou plutôt celle dans laquelle règne un ordre qu’elles ne souhaitent pas bousculer avec le succès.

L’excès de confiance

Une personne trop confiante recourt à l’autosabotage en se disant qu’elle n’a pas besoin de passer à cette fameuse prochaine étape, parce qu’elle est très bien comme elle est.

Cette cause d’autosabotage est très récurrente chez les conférenciers. Ils sont tellement sûrs d’eux qu’ils ne préparent pas leurs interventions et ne pratiquent pas les astuces qu’ils proposent. Ainsi, ils arrivent alors sur la scène et se font surprendre par l’énergie de la salle ; ils gèlent totalement.

Le syndrome du shiny object

Littéralement, le syndrome du shiny object peut être compris comme une attirance pour une chose brillante ou lumineuse. Dans le concept de la réalisation de projet, ce penchant se caractérise par l’envie de passer à la prochaine opportunité séduisante qui se présente ensuite alors même qu’un projet est en cours.

Le syndrome du shyiny object se caractérise par un besoin constant de l’adrénaline provoquée par  la réalisation d’un projet, parce qu’une fois que le projet porte ses fruits, l’adrénaline retombe et on a l’impression que tout devient platonique. Cette recherche d’adrénaline est renforcée par l’impression de vivre plusieurs vies à la fois et de ne pas stagner.

Comment lutter contre l’autosabotage ?

Quelle que soient la raison pour laquelle vous êtes sujet  à l’autosabotage, des solutions existent pour en sortir. Au titre de celles-ci, voici ce qu’il y a lieu de retenir.

Se faire aider par un mentor ou un coach

Avoir l’avis d’une personne neutre, qui n’est pas de votre environnement immédiat et qui vous dit la vérité en face est la meilleure option pour sortir de l’autosabotage. Il est beaucoup plus facile de prendre conscience de son problème lorsqu’il n’y a aucun lien émotionnel entre le coach ou le mentor et vous.

Faire le point de ses émotions

Comme il a été susmentionné, l’autosabotage est souvent le fait d’émotions négatives en général et de la peur en particulier. Vous devez être capable de mettre des noms sur vos émotions d’une part et de l’autre, de confronter les vraies histoires que vous avez en tête aux fausses.

La bonne histoire, parce qu’il n’y en a qu’une seule, vous dit que vous êtes capable d’absolument tout. Il n’y a pas de limites à votre capacité de création. Non seulement vous êtes capable de tout, mais en plus vous méritez d’être au-devant de la scène, d’être sous les projecteurs, de connaître la réussite, d’aller au bout d’un projet. On a beau vous dire le contraire, c’est un devoir pour  vous de prouver que vous êtes capable de le faire et que vous pouvez y arriver.

Les mauvaises histoires, ce sont toutes celles qui vous font croire que vous n’êtes pas capable ou que vous ne méritez pas d’avoir plus que ce que vous avez aujourd’hui.

Laissez un commentaire





Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.