L’importance d’avoir confiance en soi pour ne pas avoir ces 5 grands regrets

(Cet article fut créé à partir de l’épisode 0060 du podcast « Leaders d’Exception » animé par Dominic Sicotte)

Ce sujet a été inspiré d’un article apparu dans The Gardians, une publication anglaise qui relatait des faits racontés par une infirmière australienne Bronnie Ware. Chargée de s’occuper des patients en fin de vie, elle a pris la décision d’enregistrer leurs dernières paroles et leurs dernières pensées. De tous les enregistrements qu’elle a réalisés, elle a retenu les 5 plus gros regrets d’une personne qui est sur le point de mourir. Cela lui a inspiré un livre qu’elle a intitulé The top five regrets of the dying.

Une fois que vous avez lu cet article, vous vous direz à coup sûr, comme je l’ai fait, que vous ne voudriez avoir aucun de ces regrets. C’est pour cette raison qu’il est important de travailler sur soi-même,  de se mettre en action, de se fixer des objectifs pour réussir sa vie. Cependant, il ne suffit pas de se fixer des objectifs. Il faut détenir les outils adéquats pour les réaliser.

1er regret : «J’aurais aimé avoir le courage de vivre comme je voulais, et pas de vivre la vie qu’on attendait de moi»

Si ce regret vient en première place, c’est parce que c’est vraiment le plus commun de tous. Il implique de ne pas avoir eu  assez de confiance en soi pour faire les choses selon ses désirs, selon ce qu’on veut faire, mais plutôt sur ce que les autres pensent ou disent.

C’est un regret qui est d’une incroyable tristesse, puisqu’il tourne autour de la phrase « si j’avais su, je l’aurai fait ».

2e regret : «Je regrette d’avoir travaillé si dur»

Ce regret a été majoritairement formulé par les patients masculins parce qu’en règle générale, ce sont les hommes qui travaillent le plus. Pour eux, tout ce qui comptait, c’était le travail. Ils avaient dans l’objectif d’engranger le plus possible d’argent pour pouvoir se payer ce qu’ils voulaient et pouvoir laisser un héritage à leurs enfants.Ce qu’il regrette le plus est de ne pas avoir passé suffisamment de temps avec leurs enfants au final, avec leur famille.

C’est la raison pour laquelle j’ai personnellement décidé d’effectuer des vacances en famille l’année dernière pour passer du temps avec eux pendant qu’ils sont encore jeunes. Le but était de passer des moments ensemble dans une bulle familiale.

3e regret : «J’aurais aimé avoir le courage d’exprimer mes sentiments»

Il y a de nombreuses personnes qui ont pris l’habitude de confiner leurs sentiments pour garder la paix autour d’eux, pour ne pas créer de conflits. À la fin de leur vie, elles se rendent compte que finalement elles ont eu une vie médiocre, parce qu’elles ont tout gardé à l’intérieur d’elles et se sont interdites à exprimer leurs sentiments.

Certaines études ont prouvé que certaines maladies étaient causées par l’amertume et les ressentiments créés par le confinement de ses sentiments non exprimés au bon moment.

4e regret : «J’aurai aimé rester plus en contact avec mes amis»

Ce regret est d’autant plus poignant qu’il est exprimé par des personnes couchées sur leur lit de mort, qui auraient aimé avoir autour d’eux les amis avec lesquels ils ont vécu les meilleures expériences de leur vie.

Malheureusement, avec la routine et le travail, les amitiés se sont défaites. De même, il faut en compte l’autre paramètre selon lequel trop peu de personnes sont capables d’exprimer à leurs amis leurs sentiments. Du coup, la relation amicale devient plutôt platonique.

À la fin, vous en arriverez à regretter que tel ou tel ami ne soit pas là avec vous et que vous ne soyez pas en mesure de lui parler,  alors qu’il est trop tard pour le retenir.

5e regret : «J’aurais aimé m’autoriser à être plus heureux»

De ce regret, il faut retenir que de nombreuses personnes n’ont pas réalisé jusqu’à la fin que le bonheur est un choix. Elles ont décidé de rester avec leurs anciennes habitudes, dans leur confort, au point de laisser geler leurs émotions.

Ce sont donc des personnes qui n’ont pas vécu d’émotions fortes ni d’adrénaline encore moins de changement. C’est ce qui a fait qu’ils avaient justement peur de ce changement et à la fin, ils ont eu une vie qui n’était pas à la hauteur de ce qu’ils auraient espéré.

Une fois sur leur lit de mort, ils réalisent que le confort qu’ils trouvaient dans leur routine n’avait rien à voir avec le bonheur. Le bonheur consiste à essayer de nouvelles expériences qui maintiennent en vie, qui motivent, qui donnent de l’énergie.

Ce qu’il faut retenir des 5 regrets

Tout ce qui précède, s’il y a une chose qu’il faut retenir, c’est que toutes ces personnes ont fait un choix. Celle de délaisser leur amitié, leurs enfants, de travailler trop fort, de mener une vie qui ne leur convenait pas, etc.

Ainsi, sachez qu’en toute chose, vous avez le choix; celui de faire ou de ne pas faire quelque chose, de suivre ou de ne pas suivre, d’exprimer ou de retenir ses sentiments, de travailler très dur…

À un moment, il faudra vous poser et vous demander si, au fond, vous avez réellement besoin de la chose après laquelle vous courez. Généralement, on a tendance à combler le vide que le travail crée autour de nous avec des choses superficielles.

C’est  pour cette raison qu’il vous faut vous remettre en question constamment et prendre du recul pour prendre les bonnes décisions. Or, celles-ci ne se prennent que sur la base de la confiance en soi. Vous devriez donc commencer à bâtir votre confiance pour vous donner plus de chances, une fois sur votre lit de mort, de n’avoir aucun de ces regrets.

Laissez un commentaire





Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.